ESPE/TV : Mauvaises filles en littérature de jeunesse : éducation et rééducation en question(s)

Journée d’études internationale, 5 novembre 2015, ESPE d’Aquitaine

Inscrite dans le cadre de GENERATIO, programme de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine qui porte sur la construction des jeunes générations en Europe du XIXe siècle à nos jours, la journée d’études du 5 novembre 2015 est venue compléter ce programme quinquennal après le cycle des quatre journées d’études qui se sont déroulées de 2011 à 2014 sur les représentations du genre dans la littérature de jeunesse européenne.

Choisir pour objet d’étude celles que l’on désigne comme « mauvaises filles » dans le champ du livre de jeunesse européen implique d’interroger une telle dénomination et son évolution depuis le XIXe siècle.

Qu’est-ce qu’une « mauvaise fille », suivant les contextes, les auteurs, les œuvres ? Qui considère-t-on comme «mauvaise fille», voire traite-t-on ainsi? Quel est le sens de cette stigmatisation ? Quelles en sont les conséquences ? Comment les représentations et stéréotypes de genre pèsent-ils sur cette désignation ?

Si la qualification de « mauvaise fille » est d’abord envisagée à partir de la sexualité et de la déviance par les historiens et les sociologues, c’est à travers différents modèles et contre-modèles proposés par la littérature de jeunesse, historiquement animée par un souci éducatif, que l’on pourra la rechercher.

A partir du regard porté sur les « mauvaises filles » selon les époques et les présupposés idéologiques, se posent prioritairement des questions d’éducation et de rééducation. L’analyse comparative des représentations de la « mauvaise fille » en diachronie et en synchronie permettra d’aborder les questions éducatives qui se posent dans les différents contextes historiques et géoculturels envisagés.

Commentaires Clos.