Le C.O.D. et le coquelicot

Jeudi 26 mars, 17h15 –  projection du documentaire suivi d’un échange entre les participants

Dans le cadre des 5ème échos du festival national du Film d’Education organisé par les Ceméa Aquitaine, projection de « Le C.O.D et le coquelicot », documentaire animé de Cécile Rousset et Jeanne Paturle (24 min) :

Dans une école primaire d’un quartier périphérique de Paris réputé difficile, où les équipes d’enseignants s’épuisent et se succèdent d’année en année, cinq jeunes maîtres sans expérience ont fait le pari de rester. Cinq ans après, ils nous parlent de leur quotidien dans ce lieu où ils tentent de construire, dans une alternance de découragement et de projets, une école comme les autres. Cette projection sera suivie d’un échange entre les participants.

Le festival du film d’éducation

Le festival National du Film d’Education, est né en 2005, à Evreux, avec le Centre Régional de Docu- mentation Pédagogique de Haute-Normandie et de nombreux partenaires. Il s’est affirmé, au fil des années, comme un rendez-vous important pour les acteurs et les penseurs de l’éducation comme de l’audiovisuel.

Le festival du film d’éducation, c’est d’abord un festival de cinéma avec sa sélection de films et sa programmation, qui permet des rencontres avec des réalisateurs, des producteurs et des acteurs du monde de l’éducation au sens le plus large. Les films proposés racontent des histoires d’éducation, qui font écho à nos préoccupations les plus actuelles. Ils nous montrent, à partir d’une action organisée et intentionnelle, d’un événement ou d’une rencontre, des parcours de vie choisis ou subis, des situations de transmission, d’initiation ou d’apprentissage, des périodes de ruptures, dans un cheminement qui transforme un ou des personnages, et fait qu’ils ne sont plus les mêmes à la fin. Ces films peuvent prendre plusieurs formes (fiction, documentaire, animation court ou long…).

Les films d’éducation peuvent concerner, entre autres : l’enfance, l’adolescence, les mondes de la famille, du travail, de l’école, de l’insertion sociale et professionnelle, du handicap, du sport, des loisirs, la mixité, la diversité sociale et culturelle, toute forme de situation mettant en jeu le vivre ensemble, l’autorité, la transmission… Des films qui au-delà de l’émotion qu’ils suscitent, invitent le spectateur au questionnement et ouvrent des possibilités de réflexion individuelle ou collective.

Le film d’éducation permet d’accéder aux défis que nous avons tous à relever dès lors qu’après avoir eu, un moment, nos enfants dans les bras, nous nous retrouvons avec nos enfants sur les bras. Le film d’éducation est porteur de ce qui fait tenir l’homme debout, ce qui l’empêche de s’avachir dans le présent : le souci du futur.

Commentaires Clos.