La construction de la grande propriété viticole en France et en Europe, XVIe-XXe siècles

Ouvrage de Stéphanie Lachaud et Marguerite Figeac-Monthus

Ce livre a pour objectif principal de s’interroger sur le rôle des élites dans la mise en place de la grande propriété viticole en France mais aussi en Europe du XVIe au XXe siècle. Il cherche donc à établir des comparaisons dans le temps et dans l’espace avec comme problématique essentielle : qu’est-ce qu’une grande propriété viticole ? Comment s’est-elle constituée ? Dans un premier temps il examine les modes d’investissements et les mécanismes de regroupement des terres. Il souligne, l’importance et la diversité du patrimoine viticole en fonction des régions et des différents États européens. Il s’interroge sur la place du statut juridique de la terre dans la constitution des domaines ainsi que sur les motivations des élites possédantes.

Dans un second temps, le livre se consacre au rôle des grands propriétaires viticoles dans l’émergence de la qualité, à leurs modes de gestion des domaines et à leur détermination à moderniser et à innover pour faire fructifier le patrimoine. Il pose la question de l’existence ou non de modèles de fonctionnement.

Dans un troisième temps, le livre constate l’importance pour les élites de la transmission du patrimoine foncier et productif. Puis, il souligne la place des crises dans la régénération ou la disparition des domaines viticoles en mettant en évidence l’apparition de nouvelles dynamiques susceptibles de transformer à nouveau les grandes propriétés.

256 p., Bordeaux, Editions Féret

Lire la préface et le sommaire

Commentaires Clos.